08 oct. 2008

Feuilles d'automne

Dans vos fêtes d’hiver, riches, heureux du monde,
Quand le bal tournoyant de ses feux vous inonde,
Quand partout à l’entour de vos pas vous voyez
Briller et rayonner cristaux, miroirs, balustres,
Candélabres ardents, cercle étoilé des lustres,
Et la danse, et la joie au front des conviés ;
Tandis qu’un timbre d’or sonnant dans vos demeures
Vous change en joyeux chant la voix grave des heures,
Oh ! songez-vous parfois que, de faim dévoré
Peut-être un indigent dans les carrefours sombres
S’arrête, et voit danser vos lumineuses ombres
Aux vitres du salon doré ?

 

450px_Dublin_Castle_Drawing_Room_chandelier

Je ne me souviens absolument pas où j'avais entendu ça, mais les mots "candélabres ardents" me restaient en tête cette semaine. Plus j'y pense, plus je trouve ça bizarre. Je suis allée faire une petite recherche, trouver l'extrait. Je savais que c'étais un poème... mais Victor Hugo?! Drôle d'adon*, je commence Notre-Dame de Paris - et je comprend pas tellement à date. C'est comme le numéro d'André Sauvé avec le poème de Nelligan "Ah comme la neige a neigé, ma vitre est un jardin de givre..." ça vous diras peut-être quelque chose : Soirs d'hiver. Ça m'avait marqué. Bref, tout ça pour dire que des fois y'a des drôles de bulles qui passent dans ma tête mais ça reste agréable la plupart du temps. Y'en aura toujours des pires de soi.

* Adon étant une faute selon le correcteur, il me donne comme alternative : Adonis...?


Posté par Saraquatique à 07:10 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Feuilles d'automne

Nouveau commentaire