10 août 2009

Autre journée de congé

J'en ai profité pour : faire le ménage de mon bord de fenêtre où la poussière et les mini toiles d'araignées s'accumulaient à mon insu, faire une ride en vélo jusqu'à la bibliothèque municipale où les installations du Grand Prix m'ont fait vraiment chier = big fucking détour, finir mon livre *L'Aveuglement de José Saramago* et écouter le film Control.

control_2

First of all, Control est un film biographique sur la vie du chanteur de Joy Division, Ian Curtis. Je ne sais pas tellement ce qui m'avait poussée à louer le film à la bibliothèque, la curiosité c'est sûr, mais je n'avais jamais vraiment écouté de Joy Division avant et je ne connaissais non plus rien sur leur style et leur époque. Malgré tout ça, j'ai carrément adoré le film. Tout en noir et blanc, ça me charme au premier plan. Et puis tout se déroule dans l'Angleterre, Manchester il me semble, de la fin des années 70. Ian Curtis était un personnage mystérieux et ça se ressent bien dans le film. Un peu pris dans ses pensées, il souffrait d'épilepsie, considérait son mariage comme une erreur et s'est finalement suicidé au très jeune âge de 23 ans. Y'a quelque chose d'un peu malsain, à mon avis, dans la fascination que suscite des personnalités comme Ian Curtis. Je pense à toutes les autres jeunes vedettes de la musique qui sont morts dans des circonstances semblables, Kurt Cobain pour ne nommer que lui. On dirait qu'en les regardant aller, on ne peut que s'attendre à ce qu'ils dépassent leurs limites et en finissent avec leurs vies. Je m'éloigne du film là. L'autre aspect que j'ai aimé du film et surment le plus important : la musique. J'ai trouvé qu'elle était parfaitement dosée dans les séquences, juste assez de prestations. Et puis ça m'a enfin fait découvrir Joy Division. Après ça j'ai écouté Unknown Pleasures en boucle pendant un bon 3 heures, peut-être. Bref, c'est mon coup de coeur de fin d'été et le premier depuis plusieurs mois maintenant.


unknown_pleasures

Deuxièment, l'Aveuglement. J'ai écouté aussi l'adaptation en film du livre que je venais de finir en après-midi. Légèrement décevant. Peut-être aurais-je du attendre avant de passer de l'un à l'autre. J'ai totalement aimé le livre en grande partie pour l'originalité de l'histoire, toute la population devenant aveugle subitement alors qu'une seule femme garde la vue, et pour ce côté apocalypse-fin du monde-exceptionnel. En plus, rien n'est situé, nommé. Aucune ville mentionnée ni aucun nom de personnage, seulement "la femme du médecin" , "l'homme au bandeau noir", "le garçon louchon" ou "la jeune fille aux lunettes teintées". Ça contribue au fait que l'on peut s'imaginer toutes les scènes de leur vie de plus en plus crasseuse. Je suis définitivement déçue du film : trop d'effets visuels qui servent pas vraiment l'impression que procure la cécité blanche décrite dans le roman et pas assez de narration, de description des pensées et sentiments des personnages. Ça aurait pu être mieux même si c'est clair que je m'attendais à des différences dans la chronologie ou les personnages.


blindness


J'ai loué Quai des Brumes, un classique. Reste à voir si j'aimerai.

Posté par Saraquatique à 11:31 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Autre journée de congé

Nouveau commentaire