25 juin 2010

2 jours

Comme les activités de la Saint-Jean ont été annulées à l'île jeudi avec la belle température, j'ai été confinée à l'intérieur de la maison complètement vide d'autre forme de vie à part moi-même et toutes les bibittes dont je soupçonne la présence un peu partout dans les recoins. Ça aura été ma deuxième journée amorphe notable. J'ai trainé sur internet et écouté ce film anglaisAngus, Thongs and Perfect Snogging. Tout le scénario est assez prévisible, la vie où tout tourne mal d'une jeune ado en pleine crise existentielle mais j'ai quand même apprécié en cette journée un peu pluvieuse. L'affaire c'est que ça se passe en Angleterre, alors j'ai pas pu résister. They have such a lovely accent. Et puis faut croire que la petite fille semi-hystérique et en quête de fin heureuse de film d'amour est pas enfouie très loin en moi, j'ai pleuré quand la mère de la fille lui a organisé un party de fête... Bon, les circonstances sont un peu plus émouvantes que juste le fait d'organiser un party là mais bon, on se comprend. Ou peut-être pas mais c'est pas grave. Tout ce que ça m'as donné de voir ce film c'est encore plus l'envie d'aller visiter l'Angleterre! pour ado.

angus_thongs_and_full_frontal_snogging_us_52834

Pendant la nuit ça a été le tour de Demain dès l'aube que j'avais loué à la bibliothèque. Un peu décevant. Déjà les films français, je commence à connaitre un peu. Tout est toujours plus dans le jeu des acteurs que dans l'action faut le dire. Et même les scénarios peuvent être très subtils. Mais d'habitude j'aime bien quand même. Pas tout à fait, cette fois. Un frère est pianiste, l'autre passionné d'histoire et de jeux grandeur nature. Leur mère est malade et ils reviennent vivre dans la maison de leur enfance. Le pianiste fini par participer aux jeu de son jeune frère et à s'embarquer dans une histoire de duel. Je trouvais l'idée bonne au départ et j'étais attirée par les costumes de l'époque napoléonienne mais je me suis assez rapidement rendue compte que tout ça ne nous mènerais pas bien loin. On dirait que les quelques 90 minutes du film ne sont que ce qu'aurait pu être qu'une simple introduction à une histoire plus longue ou plus poussée. À la dernière scène, la seule chose que je me suis dis c'est « ah non, j'espère que c'est pas juste ça ». Mais oui, c'était juste ça. Cependant, j'ai vraiment adoré les costumes. J'avais les yeux fixés sur les détails des boutons à chaque fois qu'un personnage s'ammenait, revêtu de ces belles vestes d'officier. Au final, c'est un film bien, mais décevant par rapport à ce que j'étais attendue.

demain_des_l_aube____0

Et finalement ce soir, après une bonne virée de vélo en solo, j'ai écouté De père en flic. Je devais être dans les dernières à ne pas l'avoir vu et j'ai vraiment aimé. Je n'irais pas jusqu'à dire que Louis-José Houde est un acteur dans ce film car il reste lui-même, on le reconnait. Mais il n'en reste pas moins que c'est comme ça que je l'aime moi et je l'adore! L'autre que j'adore c'est Patrick Drolet. Maudit qu'il l'a ce gars-là. Chaque fois qu'on le voit dans un nouveau rôle, il est tellement crédible et complètement dissocié de tout ce qu'il a fait auparavant. Je me souviens de lui dans une émission de Radio-Can si je ne me trompe pas, il faisait un voisin extraterrestre. Ça m'a vraiment marquée. Bref, pour le film qui nous occupe maintenant, c'était bien bon quoiqu'un peu gros, dans le sens où l'histoire est énorme pour rien selon moi.

70photo

Posté par Saraquatique à 11:31 PM - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur 2 jours

Nouveau commentaire